Cheikh Ahmadou Bamba et la Noble Sunna du Prophète

Serigne-Afia-Niang-166

 

Par Serigne Afia Ahmad NIANG, en collaboration avec Mourtala FALL, Khadim MBACKE Cheikhou, Cheikhouna MBACKE Abdoul Wadoud et El Hadji NDIAYE Cheikh Ndindy

 Cheikh Ahmadou Bamba et la Noble Sunna du Prophète

 

INTRODUCTION

L’Islam est le mode de vie éternel que Dieu a tracé pour sauver l’humanité du malheur dans la vie ici-bas et dans celle de l’au-delà. Cet Islam est le dernier message divin révélé au Prophète Mouhammad (PSL) pour qu’il l’explique et le transmette à l’humanité toute entière. Le Prophète Mouhammad (PSL) a incarné durant sa vie très bénie les enseignements et les valeurs sublimes de ce message. Ce qui fait que sa sunna (sa voie) est devenue la seule aune et le seul critère pour distinguer le vrai du faux ainsi que la droiture de la déviance. La sunna du Prophète constitue toujours la voie de tous les vrais réformateurs et authentiques prédicateurs.

Néanmoins, il faut dire que le soufisme a fait l’objet des accusations dans le passé et dans le présent de la part de certains écrivains qui le jugent éloigné de la sunna tout en propageant des hérésies. Mais ces gens là ignorent ou feignent d’ignorer que les vrais savants soufis tels que Cheikh Ahmadou Bamba ont bâti leur voie sur des fondements solides de la sunna de notre Prophète Mouhammad (PSL).

Dans cette étude, nous visons à montrer le respect total et l’application parfaite dont Cheikh Ahmadou Bamba faisait montre à l’égard de la sunna durant sa vie, à travers ses écrits et sa méthode de réforme. Ceci dans le but d’édifier que Cheikh Ahmadou Bamba faisait partie de ces vrais savants soufis qui respectent la sunna.

Cette étude est traitée selon les points suivants:

1- La définition de la sunna et son importance

2- La situation de la société face à la sunna à l’époque de Cheikh Ahmadou Bamba

3- Cheikh Ahmadou Bamba et la sunna dans sa vie

4- Cheikh Ahmadou Bamba et la sunna dans ses écrits

5- Cheikh Ahmadou Bamba et la sunna dans sa méthode éducative

6- La tendance sunnite du Cheikh et son influence dans la société d’alors

7- Le devoir des successeurs de préserver la tendance sunnite du Cheikh

(ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 51 )

  1. LA DEFINITION DE LA SUNNA ET SON IMPORTANCE

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il importe de montrer la grande place de la sunna et la grande nécessité de la mettre en application comme un critère de notre conduite. Mais, il faut commencer par définir le sens que nous entendons par le mot «sunna» dans nos propos. Tout cela pour nous épargner la peine de tomber dans les pièges d’une polémique qui a fait perdre beaucoup de salive et de compétences scientifiques dans l’histoire de l’Islam.

  1. LA DEFINITION DE LA SUNNA

Le mot sunna dans la langue arabe renvoie à plusieurs sens dont la voie, l’habitude et la loi.

Quant à la sunna dans la terminologie des savants spécialistes, elle revêt des nuances, voire des différences d’une discipline à l’autre.

La sunna chez les spécialistes de la discipline qu’on appelle «oussouloul-fiqh» (la méthodologie de la jurisprudence islamique) est définie comme «tout ce qui est rapporté de façon vérifiée du Prophète Mouhammad (PSL) en termes de propos, d’actes et d’approbations silencieuses».

Quant au sens de la sunna chez les spécialistes des hadiths elle est définie comme étant: «tout ce qui est imputé au Prophète Mouhammad (PSL) en termes de propos d’actes, d’approbations silencieuses ou qualités propres». Chez les spécialistes de la jurisprudence islamique, la sunna est définie comme étant «tout ce qui est recommandé de manière facultative»

Il ya un autre sens de la sunna chez les historiens des différents groupes islamiques. Ces spécialistes donnent le vocable «Ahlous-sunna»(les gens de la sunna) pour désigner l’ensemble des groupes musulmans qui reconnaissent et croient en la légitimité du certificat d’Aboubacar, d’Oumar, d’Ousmane et d’Alioune, que Dieu les agrée tous, et qui croient aussi que tous les compagnons du Prophète sont intègres et équitables et qu’ils ne se permettent pas de patauger dans quelques événements conflictuels qui se sont passés entre certains parmi les compagnons du Prophète et qui cherchent à trouver des excuses à tous.

Il y a un autre sens général chez la majeure partie des savants. Ce sens général consiste à considérer la sunna comme étant: tout ce que faisaient le Prophète Mouhammad (PSL) et ses compagnons dans les domaines de la vie pratique et de la vie morale. Il s’agit ici d’un sens général qui englobe tous les aspects matériels et spirituels de la vie humaine tels que traités par les enseignements de l’Islam et de sa législation. Le contraire de la sunna dans cette conception est la Bidah c’est à dire les hérésies qui signifient: tout ce qui n’a pas de fondement authentique dans les enseignements de l’Islam ou tout ce qui est contraire avec ce que le Prophète (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 52) Mouhammad (PSL) a apporté.

C’est cette conception générale de la sunna qui se confirme chez Cheikh Ahmadou Bamba comme en atteste son propos:

Je Le remercie (Allah) de nous avoir gratifiés du tawhîd et de ses deux corollaires, ces trois constituant la sunna du Prophète inégalable

Il affirme ailleurs que la connaissance de la sunna concernant le dogme, la conduite pratique et morale gravite autour de la science du tawhîd liée à la foi correcte, la science du fiqh qui concerne tous les actes liés à la soumission totale à la volonté de Dieu (l’Islam) et la science du soufisme pour créer et renforcer l’esprit de charité et du perfectionnement sur la base de la foi agissante et permanente en Dieu.

Il dit dans un autre endroit à ce propos:

Soyez conscients que la religion d’Allah se divise sans aucune équivoque en trois parties

La première est al- îmân [la foi], ensuite al- islâm [l’observation du culte] après ces deux, al- ihsân [le perfectionnement spirituel]

C’est le tawhîd qui rend correcte la première partie alors que c’est le fiqh qu’exige la seconde partie

Quant à la troisième partie, elle s’accomplit par le tasawwuf ainsi Il est obligatoire de réunir toutes ces parties sans aucune hésitation

Dans ce cas, le tawhîd se révèle comme étant l’âme de la religion de Dieu le Très Haut.

Quant à islâm, il tient le lieu de corps à cette religion alors que le ihsân est ses habits qui l’embellissent

Donc prenez un poème qui renferme les fondements de ces trois parties de la religion pour que vous dépassiez de loin votre génération

J’ai fait ce poème en acte d’adoration à l’endroit du Créateur

par le fait d’ouvrir la porte de la sunna du Prophète l’Elu (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 53)

C’est cette conception de la sunna qui nous intéresse dans ces lignes à savoir ce que faisait le Prophète Mouhammad (PSL) ainsi que ses compagnons dans les domaines du dogme et de la conduite sur le plan pratique et moral.

  1. L’IMPORTANCE DE LA SUNNA

La sunna a une importance capitale pour plusieurs raisons dont les suivantes:

1) La sunna constitue la voie la très claire dont la nuit est aussi claire que le jour dont ne s’écarte que celui qui veut périr comme il est dit dans un Hadith

2) Tout ce qui est contraire à la sunna est une hérésie et toute hérésie est un égarement

3) Le fait de respecter la sunna est une condition sine qua non pour qu’un acte soit valable et accepté par Dieu comme le dit le Prophète Mouhammad (PSL) dans ce Hadith: «quiconque fait un acte qui ne se situe pas dans le cadre de notre voie, cet acte lui sera rejeté».

4) celui qui ne respecte pas la sunna est exposé à des tentations, des calamités et un châtiment douloureux dans la vie d’ici-bas et dans l’au-delà. Dieu dit dans le Saint Coran «que ceux donc qui s’opposent à son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux» (Coran, S.24 V.63)

5) se cramponner à la sunna du Prophète Mouhammad est la seule condition pour mettre la nation islamique à l’abri de la peur et de l’égarement et de réformer ses affaires et de lui restituer sa dignité et sa gloire d’antan.

C’est pour tout cela que le Prophète Mouhammad (PSL) a incité sa communauté à se cramponner à la sunna. Il dit à ce propos: «je vous exhorte à vous cramponner à ma sunna ainsi qu’à celle de mes successeurs biens guidés et mordez dedans comme une chose tenue entre vos molaires»

  1. LA SITUATION DE LA SOCIETE FACE A LA SUNNA A L’EPOQUE DU CHEIKH

La société sénégalaise à l’époque de l’apparition de Cheikhoul Khadim vivait dans une très grande déviance dans les différents domaines spirituels et moraux de la vie.

Dans cette société régnaient l’ignorance avec les hérésies les superstitions, les jeux futiles et la dépravation des mœurs même dans les milieux particuliers de certains parmi ceux qui maîtrisaient le Coran, des savants de la religion et certains (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 54) Cheikh soufis. Le Cheikh lui-même décrit cette situation dans ses écrits.

Il dit à ce propos:

Cela dit, la voie du Prophète est méconnue à cause de l’ignorance régnante

L’a suivie celle des compagnons qui sont les hommes de droiture, de lumière et de prières exaucées

Puis les enseignements des maîtres qui sont des hommes de la piété, de la science et de la confirmation

Que soit sur lui le salut de Dieu qui l’a choisi et qui a fait de lui le modèle à suivre pour les croyants

Il dit aussi dans son livre: Tazaawwoudouch-Choubbane

Ô jeunes! Que le bon Dieu vous guide vers la bonne direction! soyez conscients

Que la sunna de notre Prophète que le meilleur salut de Dieu soit sur lui à tout moment

Est presque devenue à cette époque comme les traces effacées d’une maison à cause de la disparition des hommes authentiques voués à Dieu

Lorsque l’exemple des bons prédécesseurs est abandonné au profit d’innovations qui sont embellies pour la présente génération

Précipitez vous donc volontiers vers la quête du savoir tout en cherchant tous l’agrément divin

Le Cheikh confirme à travers ces vers la disparition de la sunna pour déplorer les conséquences néfastes de cette disparition sur le plan individuel et collectif. Ce qui est le résultat naturel du règne de l’ignorance, des hérésies, des superstitions et de la rareté d’un bon modèle dans la société d’alors.

Le Cheikh décrit dans son livre masâlik al- jinân certains aspects de cette déviance au niveau de quelques maîtres soufis de son temps:

Celui qui cherche, dis-je, l’efficacité dans l’action n’a qu’à fréquenter les parfaits Saints (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 55)

Car c’est un fait évident que la plupart des maîtres de notre époque sont, des fourbes, des coquins

Il y en a parmi eux, qui ont une propension à dominer, cherchant sans scrupule, à subjuguer les esprits par leur ascendant

Et cela, sans savoir distinguer entre les obligations et les actes surérogatoires il conduit ainsi les gens vers les calamités

Le Cheikh (que Dieu l’agrée) ne s’est pas contenté de dénigrer cette situation. Mais en plus de cela, il s’est chargé lui-même de la réformer et de rendre les choses dans leurs mesures exactes. Il a déclaré son intention de revivifier la sunna et de la réformer. Il dit à plusieurs endroits ce qui suit:

Sois sûr que la religion auprès de Dieu se restreint dans notre Islam et point dans ce que font les hommes de distraction

Quiconque cherche une autre religion que l’Islam sera chassé et il ne fera jamais partie des gens du paradis

Et il dit aussi :

Aucune autre religion différente de l’Islam ne sera agréée auprès du Seigneur et c’est par cette religion que nous menons notre réforme

Il dit aussi:

C’est pour le Prophète que j’ai formulé l’intention de renouveler sa très claire sunna et je rends grâce à Dieu

Et il dit aussi :

Sa pureté a purifié des futilités tout ce qui relève de moi et c’est sa sunna que je tâche d’expliquer, s’il plaît à Dieu

  1. LE CHEIKH ET LA SUNNA DURANT SA VIE

D’après Cheikhoul Khadim se cramponner à la sunna est le seul moyen pour faire sortir la société de cette situation décrite précédemment. Et pour lui cela ne pourra jamais se faire que sous la direction d’un guide religieux bien éclairé et bien sage qui (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 56) constituera un idéal et un exemple parfait et qui guidera les gens sur la base d’une méthode éducatrice complète fondée sur trois fondements complémentaires que sont: le savoir, l’action et l’éducation. Il dit à ce propos:

Quiconque cherche à accéder à la proximité du Très Haut doit se cramponner absolument à la sunna du Messager

En se mettant en compagnie d’un obéissant qui ne s’écarte jamais de la voie de la droiture, en privé ou en public,

Qui aura à le guider par le biais du savoir et de l’éducation et qui l’éduquera aussi par l’abandon des mauvaises habitudes

Sa vie a été, en effet, une incarnation parfaite de la sunna dans sa forme la plus idéale dans tous les domaines dogmatiques, comportementaux, moraux et autres. Ce que nous allons détailler comme suivant:

  1. DANS LE DOMAINE DU DOGME

Dans le domaine du dogme, Cheikh Ahmadou Bamba marche sur la voie des gens de la sunna d’après le rite dogmatique de l’Imam Al-Ach’ary.

Il y a parmi ses ouvrages dans le domaine de l’unicité de Dieu selon le rite ach’arite: son livre Mawahiboul-Khoudoss, dans lequel il a rédigé en poème le livre nommé «Oumoul-Barahine» écrit par Imam As-Sanoussy avec des commentaires et des annotations sur la base de la méthode des polémistes appelés «Moutakalimouna» parmi les gens de la sunna qui se basent sur des arguments de la raison, appuyés par les arguments de la révélation pour donner les preuves de la foi.

Mais le Cheikh lui, avait très tôt compris que, pour avoir la vraie unicité solide et ferme et qui ne sera pas secouée par les tempêtes, il ne suffit pas de se contenter de la méthode classique. Il doit aussi avoir un comportement de nature à renforcer la foi et le dogme au niveau intellectuel et pratique.

Du point de vue intellectuel, on doit user de la raison, de la contemplation et de la réflexion autour des phénomènes de la nature comme nous y invitent les versets coraniques: «Dis: «Regardez ce qui est dans les cieux et sur la terre». Mais ni les signes ni les avertissements ne suffisent à des gens qui ne croient pas» (Coran S.10 V.101)

«N’ont-ils pas médité sur le Super-Royaume des cieux et de la terre et toute chose qu’Allah a créée?» (Coran S. 07 V.185)

«Ne considèrent-ils donc pas les chameaux comment ils ont été créés et le ciel comment il a été élevé et les montagnes comment elles (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 57) sont dressées et la terre comment elle est nivelée? « (Coran S. 88 V.17- 20)

Le Cheikh a consacré un chapitre dans l’entame de son livre «Massalikoul- Jinane» à l’incitation à la contemplation et à la réflexion parce qu’elles mènent à la connaissance et à la certitude.

Et du point de vue pratique, on doit, pour vivre la véracité de l’unicité de Dieu, d’emprunter la voie des maîtres soufis liée à l’ascétisme, de s’efforcer dans la voie de l’adoration, de se soumettre en permanence sous le contrôle de la foi en Dieu et de faire régulièrement le Zikr.

Le Cheikh dans son livre «Massalikoul-Jinane» pour montrer les mérites du mot «piété» qui consiste à attester qu’il n’y a aucune autre divinité qu’Allah :

Le dévoilement de ses secrets ne sied pas de notre part ici car son secret est comme une mer très profonde

Celui qui veut découvrir les secrets qu’elle renferme doit répudier la vie ici-bas d’une manière à ne pas y revenir

Ces secrets sont si cachés qu’ils ne se prêtent pas à se consigner dans un livre à la portée de n’importe qui

On les communique, certes, verbalement à quelqu’un de bouche à oreille mais on ne l’obtient pas par le biais de disputes et de controverses

On les acquiert par la soumission et l’effort ultime et non jamais par la contestation et l’éloignement

On les obtient en contrariant la passion et l’âme charnelle et non pas en méprisant les personnes avantagées

C’est pour cette raison que l’unicité de Dieu se divise chez lui en plusieurs sortes. Il y a l’unicité des polémistes et celle des vrais connaisseurs de Dieu. Lui il considère la première le tawhîd des communs et la seconde comme le tawhîd des hommes particuliers de Dieu. Il dit que Dieu l’agrée à ce propos:

Cela dit, la théologie se divise en deux parties essentielles et, par conséquent, il existe deux sortes de théologie

La première est verbale consistant en paroles et la deuxième en connaissance et clairvoyance (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 58). Celle-là est générale tandis que celle-ci est particulière

C’est comme ça que Cheikhoul Khadim a bien étudié le dogme des gens de la sunna et de la Jamâ’a avec conviction et ardeur. Ce qui lui a permis de connaître son Seigneur par des preuves appuyées par la raison et par la révélation. Et il a répondu à l’appel du Coran vers la contemplation et la réflexion sur les phénomènes de l’univers et de la royauté des cieux et de la terre. C’est en cela qu’il a accédé à la certitude tout en empruntant la voie des maîtres soufis dans le domaine de l’ascétisme et l’effort ultime dans l’adoration de Dieu de se soumettre sous le contrôle de la foi en Dieu en permanence, de se contrôler pour s’évaluer soi-même et de faire régulièrement le zikr jusqu’à connaître le Seigneur par expérience spirituelle. Son élévation à ce très haut degré de l’unicité de Dieu a influé sur sa propre vie particulièrement et sur ses rapports avec son entourage et même avec l’univers. C’est pour cela qu’il ne craignait personne et ne mettait ses espoirs sur personne d’autre que Dieu car il voyait l’acte de Dieu et sa volonté dans toute chose. Il dit que Dieu l’agrée à ce sujet:

C’est Lui dont je ne vois autre que Lui en quoi que ce soit et je ne verrai jamais autre que Lui, c’est Lui qui a guidé et a gratifié des dons

Il est arrivé à un degré où il ne faisait aucune différence entre un bon et un pervers, entre un chat et un lion, entre un roi et un briguant ou entre un ami et un ennemi. Et il était pardonneur, indulgent et compatissant à l’endroit de toutes les créatures. Ceci pour marquer une bonne conduite à l’égard de Dieu et montrer sa résignation devant tous ses décrets.

Il dit dans un poème dont les débuts de vers sont agencés selon les lettres de «Rahmân Rahîm»:

Ô toi le vrai maitre de la royauté! Toi qui t’es élevé au dessus de la vengeance traite toutes tes créatures avec miséricorde. Ô toi qui guide et qui soutiens!

Et il dit aussi:

Mais j’ai pardonné à tous les gens pour plaire à Celui qui a fait périr le diable

C’est comme ça que son dogme était un dogme sunnite dans le sens le plus parfait du terme. (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 59)

B- DANS LE DOMAINE DE LA CONDUITE PRATIQUE

Cheikh Ahmadou Bamba était sunnite dans sa vie pratique, il cherchait à se conformer à la sunna en toute chose que ça soit dans ses façons de s’habiller ou de s’asseoir. Il cherchait la simplicité. Dans ses vêtements dans la plupart des cas et aimait s’habiller en blanc. Sa façon de s’asseoir rappelait toujours celle d’un voyageur passager qui s’apprête à repartir de nouveau qui se permet pas de ce fait de se bien poser ceci conformément au sens figuré et propre d’un Hadith du Prophète Mouhammad (PSL). Il était aussi sunnite dans ses propos et ne prononçait que la vérité même dans les cas rares où il permettait de faire des plaisanteries il répétait ses propos à trois reprises. Il avait aussi l’habitude de commencer ses propos par une interrogation surtout dans les séances du sermon et de l’orientation il faisait recours à des lignes qu’il trace sur terre ou des points ou des gestuels pour mieux illustrer ses propos sans aucune exagération exactement comme le faisait le Prophète Mouhammad (PSL).

Il marchait de façon imposante. Ce qui fait que la personne qui marchait avec lui se sentait fatiguée à cause de sa démarche très rapide et très résolue. Et il aimait aussi se parfumer. Ce qui fait que la bonne senteur du parfum se dégageait toujours de lui avec les effets qui restaient longtemps après son départ comme il a été aussi raconté concernant le Prophète Mohamad(PSL).

Il aimait aussi faire les choses et les commencer par le côté droit ainsi que par le fait de prononcer le nom de Dieu. Il mangeait peu, il buvait peu, il dormait peu et il parlait peu si ce n’est pour le zikr et la lecture du Coran.

Quand à son souci de se conformer à la sunna dans les actes cultuels dans ses habitudes et dans ses façons de traiter avec les gens, il est connu de tous.

C’est dans le domaine de la conduite morale que Cheikh Ahmadou Bamba incarnait le plus haut exemple en ce qui concerne la noblesse de ses caractères, la bonté de ses qualités, la pureté de son cœur, l’élévation de son ambition et son attachement à tout ce qui est bien. La personne qui se trouvait à ses côtés ne pouvait pas s’empêcher de l’aimer, de le vénérer, de le respecter et de l’admirer profondément. On se sentait toujours attiré vers lui comme par une force mystérieuse et on n’oubliait pas ses paroles de même que son image ne s’effaçait pas de la mémoire. Toute personne qui venait de le voir, se disait en lui-même: vraiment je n’ai jamais vu de tel!

Il était aussi, que Dieu l’agrée, très généreux très noble très modeste à l’endroit des croyants et se souciait beaucoup de consolider les liens de sang avec ses parents, de faire du bien à l’endroit de ses voisins, de bien traiter son hôte et visait toujours à privilégier dans sa générosité la personne qui ne voulait aucun bien pour lui. De même qu’il cherchait à consolider ses rapports avec la personne qui cherchait à (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 60) couper les siens avec lui il pardonnait aussi à celui qui ne faisait que du tort pour lui. Et il ne se montrait jamais en colère pour le compte de sa personne et il ne cherchait jamais à se venger de qui que ce soit à l’image de son bien aimé le Prophète Mouhammad (PSL)

En un mot, il faut dire que Cheikh Ahmadou Bamba a revivifié la sunna et l’a renouvelée de par son dogme, ses actions et ses nobles vertus avant de le faire par sa langue, sa plume et sa méthode d’éducation.

  1. Le Cheikh et la sunna à travers ses écrits

Après s’être arrêté sur les aspects qui montrent à quel point Cheikh Ahmadou Bamba respectait la sunna dans les moindres détails de sa vie, maintenant nous souhaitons montrer la grande importance qu’il accordait à la sunna à travers ses écrits. Ceci pour nous indiquer le grand souci qu’il avait de semer le respect de la sunna dans les cœurs des générations montantes et les générations à venir.

 

En effet, la sunna se manifeste à travers ses écrits sous plusieurs formes

 

  1. Les explications qu’il a apportées à la sunna à travers ses écrits

On peut diviser les écrits du Cheikh en trois genres que sont:

– Des écrits pour des buts didactiques

– Des poèmes sur différentes disciplines

– Des lettres et des conseils

On trouve dans chacun de ces genres d’écrits un appel à la sunna. Ses écrits didactiques gravitent souvent autour des sciences fondamentales de la religion telles que l’unicité de Dieu la jurisprudence islamique et le soufisme. Ces écrits visaient à enseigner aux générations montantes et les adultes qui en ont besoin, les principes préliminaires de ces sciences selon la voie des gens de la sunna et de la jamâ’a, conformément à la conception globale de la sunna dont nous avions parlé.

Quand au deuxième genre de ses écrits, il englobe des formules de zikr, de grâce rendue à Dieu, des invocations, des louanges en l’honneur du Prophète Mouhamad (PSL) et des formules de prières sur lui. Ceci pour vanter ses louanges et montrer ses hautes qualités pour pousser les gens à prendre exemple sur lui. (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 61)

C’est à ce propos qu’il dit dans un poème intitulé: «Mouqaddimatoul-Amdah fi Mazayal-Miftah»:

Tes qualités exceptionnelles qui sont innombrables font le sujet de mes éloges dont je me suis fait une obligation

Il dit aussi dans un autre endroit du même poème:

Mes éloges diffusent un ensemble de qualités possédées par le messager en termes d’utilité car il est comme une mer qui donne des biens et qui protège

Il dit aussi:

Il incombe à ma personne une dette consignée en écrit pour montrer la sunna du Prophète intercesseur qui me suffit comme protecteur contre les méfaits des injustes

Quand au troisième genre de ses écrits, il contient des orientations à l’endroit du musulman pour qu’il soit correct dans sa conduite, être droit dans sa vie tout en respectant les enseignements du Coran et de la sunna au plus haut degré qui lui est possible.

  1. Son appel à respecter la sunna à travers ses écrits

Cheikhoul Khadim incite ses disciples ainsi que tous les musulmans à respecter la sunna du Prophète Mouhamad (PSL) et à suivre les savants et les guides religieux qui respectent la sunna.

Il dit dans son livre: «Al-Jawharoun-Nafis»

Que l’adorateur prenne exemple sur ceux qui suivent la sunna de l’élu de Dieu nommé Ahmad, l’intègre

Que le salut d’Allah et Sa paix soient sur lui sur sa famille, ses compagnons et sur tous ceux qui le suivent

Ceux qui ont recommandé d’obéir à Dieu le Tout Miséricordieux et qui ont mis en garde contre le fait de suivre Satan

Il dit aussi:

Tu peux interroger tout savant mais imite celui qui suit la sunna du Prophète l’Elu qui est la meilleure personne à suivre (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 62) notre maître et notre bien aimé Mouhamad que le salut de son Seigneur soit sur lui à jamais

C’est celui qui te montre à jamais comment obéir à ton Seigneur par la voie la plus élevée

De même qu’il te met en garde contre le fait de suivre le diable qui cherche toujours à ruser et à tromper

Il dit aussi:

Ô toi l’intelligent laisse ce qui est périssable et cherche comme souhait ce qui reste à jamais

Tout en suivant la sunna du meilleur des messagers que les meilleurs saluts de Celui qui l’a envoyé soient sur lui

Car ton salut se trouve uniquement dans le fait de la suivre et qu’au cas contraire, tu seras compté parmi les injustes

Il dit aussi:

Evitez les passions de l’âme et les hérésies et efforcez vous toujours de suivre la sunna

Car tous les biens se réunissent dans le fait de suivre la sunna de même que tous les maux se réunissent dans le fait de suivre les hérésies

Cet appel occupe une place très importante dans ses écrits et surtout dans ses lettres et dans ses conseils.

Il dit ailleurs:

Que toute personne sache, qu’elle soit intelligente ou sotte que celui qui s’écarte de la vérité sera banni

Et la vérité consiste à ce que l’individu commence par le tawhîd, le fiqh et le tasawwuf qui perfectionne

Tout en empruntant la voie des gens de la sunna et de la jamâ’a car c’est cela la protection (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 63).

Il dit aussi:

Le bien se situe surement dans le choix de l’Elu et jamais dans ce que vos passions choisissent.

 

  1. Ses déclarations concernant sa conviction et son respect de la sunna à travers ses écrits

Dans notre étude sur les écrits du Cheikh nous avons vu à quel point il est persuadé par la sunna et comment il respectait parfaitement la voie des gens de la sunna et de la jamaha en matière de dogme, de législation et de méthode de vie. Voici qu’il proclame cela de la façon la plus claire en disant:

J’ai fondé mon obéissance sur le fait de suivre le Coran et la sunna ainsi que le consensus des savants musulmans

Il dit aussi:

Mes imams dans le domaine du Fiqh sont Mâlik, ainsi que Shâfi’î, Abû Hanîfa et Ibn Hanbal

Mes maîtres [dans le domaine du soufisme] sont Al-Jaylânî, ainsi que Ash- Shâdalî et At-Tijjânî

Et il dit aussi

Il est tout à fait clair et net pour tout homme doué de raison que mon intermédiaire est le Messager d’Allah

Il dit aussi:

Il m’est clairement montré que le fait de se cramponner au Coran et au Hadith du Prophète l’Elu est la bonne voie

Le Cheikh avait l’habitude de défendre le point de vue des gens de la sunna et de la Jamaha à travers ses écrits de même qu’il rejetait les avis erronés de leurs adversaires tout en mettant les gens en garde contre le fait de se glisser dans leur égarement.

Nous le trouvons par exemple en train de répliquer aux Moutazilites et de refléter leurs avis erronés selon lesquels il est obligatoire pour Dieu de faire le bien et le meilleur. Il dit à ce propos:

Réfute l’avis de ceux qui jugent obligatoire pour Dieu de faire le bien ou le meilleur, tu gagneras ainsi la bonne conduite avec Dieu (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 64)

Et il dit aussi:

Tout ce que le Très Haut a fait c’est cela qui est beau de façon absolue

Car tout bienfait provenant de Lui vers Ses créatures est un privilège qu’Il leur accorde

Et tout malheur qui s’abat sur une créature relève de la justice de notre Seigneur l’Unique

Si les décrets du Maître absolu te déplaisent tu seras toujours dans le malheur et dans l’inquiétude

Sois donc satisfait de tout ce que le Très Haut a décrété pour que tu te reposes, ô toi le noble

Car tout ce qu’Il veut se concrétisera parce qu’Il n’a pas de concurrent qui peut protester contre ses décrets

Il rejetait aussi l’avis de certains philosophes selon qui, le monde est ancien et sans début en disant:

L’impossible est la chose dont l’idée de son existence même est exclue dans l’entendement de tout homme doué de connaissance

Tel que le fait de croire en l’existence d’une créature éternelle comme il est l’avis de certains sots qui ne sont que des hommes d’illusion

Dans ces invocations étroitement entretenues avec Dieu, nous le trouverons formuler des prières pour implorer Dieu de lui accorder la faveur de suivre la sunna et de rester sur cette voie durant toute la vie.

Voici l’un de ses propos à ce sujet:

Et à ce qu’on nous donne la faveur de suivre la sunna du Prophète nommé Ahmad, l’homme parfait

Et que le salut et la paix de Dieu soient sur lui, sur sa famille et sur tous ceux qui se réclament de lui (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 65)

Il dit aussi:

Et à ce qu’Il me gratifie du bienfait de suivre la meilleur des créatures qui sera l’intercesseur suivi

Après lui avoir accordé sans cesse le salut et la paix ainsi qu’à sa famille et ses compagnons

Il dit aussi:

Je Lui ai demandé mon attachement à jamais à la sunna de l’Elu, le meilleur des adorateurs

Que le salut et la paix d’Allah soient sur lui sur sa famille, sur ses compagnons et sur toute personne qui le suit

C’est ainsi que s’avèrent clairement et manifestement, à travers les écrits du Cheihkoul Khadim, son attitude face à la sunna et la grande importance qu’il lui accordait et combien il tenait à appeler les gens à aimer la sunna et à la respecter dans le domaine du dogme de la vie pratique et de la conduite.

  1. LE CHEIKH ET LA SUNNA DANS SA METHODE EDUCATIVE

Nous entendons par «sa méthode éducative» la voie qu’il avait tracée pour réformer l’individu et la société. Cette méthode a des fondements théoriques, des moyens pratiques, des caractéristiques distinctives, des étapes graduelles, des buts déterminés et des objectifs à long terme. Nous ne pouvons traiter tous ces aspects en détail, mais nous essayerons de donner quelques éclairages.

Tout d’abord, il faut dire que cette méthode se repose sur trois fondements que sont: le savoir, l’action et la bonne conduite. Le savoir représente ici le côté théorique de la méthode au moment ou l’action représente le côté pratique alors que la bonne conduite renvoie au côté moral.

Lui, il explique tout cela en disant:

Je vous ai recommandé ô vous les groupes d’étudiants d’acquérir le savoir avec la bonne conduite

Efforcez-vous dans le domaine des études, de la bonne conduite et de l’action car tout cela mène à la réalisation des souhaits (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 66)

Et il dit aussi:

Sache que le savoir et l’action ainsi que la bonne conduite te procurent le perfectionnement

Celui qui ne possède aucune de ces trois choses et qui ne les aime pas, il ne fera tort qu’à lui-même

Quant aux moyens pratiques de cette méthode, ils se manifestent à travers l’enseignement, l’éducation par l’adoration, l’entrainement au service pieux, le sermon, l’orientation, l’éducation par exemple et le fait d’isoler la personne à éduquer dans un bon environnement.

Cette méthode se pratique en trois étapes que sont:

  1. L’étape de l’apprentissage théorique pour les tout débutants
  2. L’étape de l’éducation pratique et de la discipline (par le délaissement ou Takhlya et l’enjolivement ou Tahlyah)
  3. L’étape de la promotion ou de l’éducation par la haute ambition où la personne à éduquer vit en permanence au côté d’un Cheikh qui est un parfait guide religieux pour prendre exemple sur son état, s’illuminer de sa lumière et s’imprégner de sa haute ambition.

L’un des objectifs de cette méthode consiste à réformer l’individu et à le préparer à se charger de ses responsabilités sur le plan religieux et temporel pour qu’il soit une brique dans la construction d’une société idéale.

L’un des objectifs à long terme de cette méthode vise à réaliser autant que possible le perfectionnement humain pour gagner à entrer au paradis, à se protéger de l’enfer et bénéficier de l’agrément divin.

Quant aux caractéristiques de cette méthode, elles se manifestent à travers les choses suivantes:

  1. Sa globalité pour répondre aux besoins de l’âme et du corps et aux exigences de la réussite ici-bas et dans l’au-delà
  2. Le fait qu’elle respecte les différences individuelles pour traiter chaque personne comme un cas à part
  3. Son élasticité et sa susceptibilité d’être développée et améliorée en ce qui concerne uniquement les aspects perfectibles et non les côtés immuables (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 67)
  4. Elle se base sur les capacités humaines
  5. Elle est équilibrée du fait qu’elle associe la charia et la Haqîqah dans des proportions justes

Il ne fait pas de doute qu’une telle méthode est conforme à la sunna dans ses fondements, ses moyens, ses caractéristiques, ses buts et ses objectifs. Le caractère sunnite de sa méthode a été témoigné par un très grand maître soufi de son époque, en la personne du Cheikh Ahmad Baba qui le connaissait bien. Il dit à son sujet:

C’est toi l’éducateur qui suit la méthode du Prophète à la lettre et tu n’as pas de pareil parmi cette génération

  1. L’INFLUENCE DE LA TENDANCE SUNNITE DU CHEIKH SUR LA SOCIETE

La tendance sunnite du Cheikh, telle que décrite dans cette modeste étude à travers sa vie, ses écrits et sa méthode éducative, a produit des influences profondes et palpables dans la société qu’il cherchait à réformer et à servir. Ces influences se manifestent dans plusieurs domaines dont les suivants:

  1. DANS LE DOMAINE SOCIAL

Les influences de la tendance sunnite du Cheikh dans le domaine social se manifestent à travers plusieurs aspects dont les suivants:

  1. a) Le fait d’effacer les barrières entre les classes sociales et autres qui étaient tenaces dans la société. Ce qui empêchait l’entraide, la coopération et l’unification des individus qui la composent. Pour arriver à cela, le Cheikh a renforcé l’esprit de l’égalité et de la fraternité religieuse entre eux comme l’avait fait le Prophète entre ses compagnons. Il tenait à expliquer aux gens que le mérite et la supériorité sont liés à la piété et aux bonnes actions et non à l’appartenance à une famille ou à une classe sociale donnée. C’est dans ce cadre qu’il scellait des mariages entre des hommes et des femmes de différentes régions et de différentes classes sociales pour dissiper ces barrières.
  2. b) Unifier le rang des musulmans sous une direction autant que possible. C’est comme cela que les disciples mourides, dans leurs différentes appartenances sociales et régionales s’unissent sous son seul étendard ou sous celui de ses califes les biens guidés après lui (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 68)
  3. c) Jeter les bases d’une action collective pour la réalisation de très grands projets tels que la construction et le peuplement de très grandes villes ainsi que la construction de très grandes mosquées, d’écoles, d’instituts, d’universités et autres.
  4. d) Propager les disciplines et les caractères islamiques entre les membres de la société. C’est pour cela que la bonne conduite, la modestie et l’esprit de sacrifice sont autant de qualités qui distinguent les mourides.

 

  1. DANS LE DOMAINE ECONOMIQUE

L’engouement et le grand engagement des disciples mourides pour le travail et la production comme faisant partie des fondements du Mouridisme et de ses moyens d’éducation sont connus de tous. Tout cela a contribué grandement à créer le développement économique au sein de la société. Cet état de chose a aussi atténué les méfaits de la colonisation sur le plan économique de même qu’il a contribué à réorganiser l’emplacement des populations et à créer beaucoup d’opportunités d’emploi.

 

  1. DANS LE DOMAINE CULTUREL ET ARTISANAL

Le Cheikh a accordé une grande importance à l’éducation et à l’enseignement du fait qu’ils constituent deux facteurs très essentiels pour la formation de la personnalité du musulman et il y a surtout le fait que le Cheikh considérait ces deux facteurs comme une arme efficace pour lutter contre l’agression culturelle de la colonisation. C’est le génie rare du Cheikh qui a donné à son mouvement une originalité et une pure identité culturelle civilisationnelle islamique. Ce qui a permis à ce mouvement de résister devant les féroces campagnes d’évangélisation et d’agression culturelle et civilisationnelle lancées par la colonisation. En conséquence, les masses restent musulmanes du point de vue du dogme, de la vie pratique, de la culture et de la civilisation, même si cela déplaisait beaucoup aux colonialistes.

Cette originalité et cette identité culturelles et civilisationnistes se manifestent à travers les traits de la personnalité du mouvement mouride et à travers les traits et les caractéristiques des individus mourides qui se distinguent par une méthode de penser propre, par une façon de faire particulière et par des méthodes particulières dans le domaine de la planification des villes et des villages, la construction des maisons, la confection de vêtements, la façon d’écrire les copies du Coran et l’artisanat sur le cuir et le bois.

Quant aux traits personnels du mouride, ils se manifestent à travers sa bonne conduite, sa modestie, son attachement au travail, son sens élevé de sacrifices du service pieux et de l’intérêt public. C’est comme cela que la Mouridiya a contribué de façon remarquable et efficace à préserver l’identité des pays musulmans et à résoudre les problèmes sociaux, économiques et politiques de la société (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 69)

 

  1. LE DEVOIR DES SUCCESSEURS A PRESERVER LA TENDANCE SUNNITE DU CHEIKH

La prise en considération des très importantes influences de la tendance sunnite du Cheikh sur la société dans différents domaines devrait nous montrer la grande responsabilité des successeurs à conserver cette tendance sunnite pour que ses influences très bénies continuent à vivre dans la société qui en a grandement besoin.

Cette préservation ne pourra se faire que sur la base d’une étude de la méthode sunnite globale du Cheikh afin de la comprendre de la façon la plus parfaite sans négligence aucune ni exagération tout en respectant son originalité, ses caractéristiques ainsi que les exigences de l’époque, du milieu et des nouveaux moyens.

Il faut dire que l’application parfaite de cette méthode a commencé à perdre de plus en plus d’intensité depuis le rappel à Dieu du Cheikh, les centres d’éducation originale ne se développent plus comme auparavant, outre les défis externes qui ne cessent d’augmenter de jour en jour.

Tous ces facteurs laissent des influences négatives sur la personnalité des ressortissants de ces centres au moment où on a grandement besoin de développer ces centres pour renforcer leur efficacité et élargir leur étendue sur la base des résultats qu’ils ont produits au passé et au présent.

Tout cela nous montre l’importance d’étudier cette attitude sunnite du Cheikh et d’en faire un point de départ pour régler les problèmes de la société et réaliser les intérêts de l’Islam et de l’humanité toute entière. (ETUDES SUR LA MOURIDIYA – Rawdu-r rayâhîn 70)

 

CONCLUSION

Et voici la sunna dans ses différentes définitions développées dans cette étude. Nous avons aussi vu l’état de la société face à la sunna au moment de l’apparition du Cheikhoul Khadim, l’attitude du Cheik face à la sunna a été aussi traitée telle qu’elle se manifeste à travers sa vie pratique, ses écrits et sa méthode éducative, mais aussi les influences de cette méthode sur le plan social, culturel et économique.

Pour terminer, nous avons évoqué la responsabilité de cette génération actuelle pour préserver cette tendance sunnite du Cheikh.

Nous croyons que cette étude peut contribuer grandement à barrer la route aux prétentieux et aux déviationnistes qui essayent de justifier leurs pratiques bizarres au nom de la Mouridiya et des enseignements de son fondateur. Cette étude barre la route, aussi, aux tendancieux qui cherchent à exploiter ces aspects négatifs des déviés pour ternir l’image de marque de la Mouridiya.

Cette étude est aussi de nature à ouvrir la porte aux hommes honnêtes et équitables qui ne cherchent que la vérité vers des horizons d’une convergence de vie, une compréhension mutuelle, une complémentarité et une synergie d’actions dans le but de servir l’Islam et de relever ensemble tous les défis qui l’interpellent. C’est cela qui doit être l’objet de rivalité et de concurrence. Et notre dernier mot est de rendre grâce à Dieu.

 

Serigne Afia Ahmad NIANG, en collaboration avec

Mourtala FALL, Khadim MBACKE Cheikhou,

Cheikhouna MBACKE Abdoul Wadoud

et El Hadji NDIAYE Cheikh Ndindy